Mercer | MMGPI 2015

MMGPI 2015

Le système de prévoyance suisse, quatrième au classement mondial

CLIQUEZ ICI POUR VOIR LA VERSION ALLEMANDE.

15.12.2015

En se plaçant à la 4ème place, la Suisse progresse dans le classement comparatif des systèmes de prévoyance vieillesse des 25 pays sélectionnés. Elle se positionne ainsi au même niveau que la Suède, devant la Finlande. Le Danemark reste numéro un, suivi de l’Australie et des Pays-Bas. L’Allemagne arrive au 12ème rang. L’Inde, la Corée du Sud et le Japon ferment la marche.

Ce classement résulte du Melbourne Mercer Global Pension Index publié aujourd’hui, pour la septième fois, par le cabinet de conseil Mercer en coopération avec l’Australian Centre for Financial Studies. Cette étude examine et évalue le système de prévoyance vieillesse de différents pays, en jugeant les prestations, le financement et les conditions-cadres. Les placements privés et les mesures de prévoyance sont pris en compte au même titre que les systèmes étatiques de rentes et que la prévoyance professionnelle.

La première place du Danemark (81,7 points sur les 100 possibles) s’explique notamment par le financement solide et les bonnes prestations d’un système qui repose sur des niveaux de cotisations et de valeurs de fortune élevés. Son autre atout tient dans un système de prévoyance privée très bien réglementé.

Le système de prévoyance suisse est solide
En obtenant un indice global de 74,2, le système de prévoyance suisse connaît une légère amélioration par rapport à l’année précédente et se classe au 4ème rang. L’image est toutefois plus contrastée lorsqu’on s’arrête sur les différentes sous-catégories. Le domaine «Prestations» enregistre une évolution positive due au fait que la Suisse a pris la tête du classement pour ce qui est du critère relatif au « taux d’épargne ». Quelques points ont en revanche été perdus en matière de «Financement». En effet, l’espérance de vie a progressé alors que l’âge de départ à la retraite est resté le même, aboutissant à un allongement de la durée de versement des rentes. Concernant les «Conditions-cadres», le nombre de points obtenus demeure sensiblement le même.

«Le système de prévoyance suisse est toujours solide. L’augmentation de l’espérance de vie appelle toutefois des mesures», explique Catherine Schoendorff, Partner et Directrice de Mercer Suisse.  

«Le système de prévoyance suisse pourrait en tirer parti d’un relèvement progressif de l’âge ordinaire de la retraite et une meilleure accessibilité au marché du travail pour les salariés les plus âgés. Il faudrait par ailleurs cesser de promouvoir les retraites anticipées dans les mêmes proportions que jusqu’à présent.»

Autres recommandations inspirées par les résultats de cette étude:

  • une réglementation qui exigerait des caisses de pensions qu’elles développent une stratégie intégrée de gestion des risques;
  • une nouvelle limitation des retraits de capital avant le départ à la retraite.

Apprendre des meilleurs du classement
«Jamais il n’a encore été aussi important qu’aujourd’hui d’améliorer les systèmes de rentes en réalisant les réformes nécessaires et ainsi garantir la sécurité financière aussi bien de l’individu que de la société», commente David Knox, auteur de l’étude et Senior Partner chez Mercer. «Le Melbourne Mercer Global Pension Index donne la possibilité aux responsables politiques de découvrir les systèmes les plus durables et les plus équitables au monde. Nous savons qu’il n’existe pas de système parfait, applicable partout, mais nous identifions les nombreux points communs qui peuvent permettre d’améliorer les résultats.»

Comme le souligne Amy Auster, Executive Director de l’Australian Centre for Financial Studies, « cet indice est également utilisé par les chercheurs et les décideurs politiques pour évaluer les avantages et les inconvénients de leurs systèmes de rentes respectifs ».

«L’indice montre en comparaison internationale les atouts des différents systèmes de rentes, ainsi que leurs potentiels d’amélioration. Quelques pays ont déjà repris les recommandations formulées dans nos rapports annuels pour consolider leurs systèmes de rentes.»

«Il est réjouissant de constater que l’indice incite les sphères économiques et politiques à adopter une perspective à long terme et les aide à améliorer les systèmes de rentes», ajoute Amy Auster. «Compte tenu des défis démographiques à relever et des conditions du marché qui ne cessent de fluctuer, ce n’est pas toujours chose facile. Pourtant, les responsables du monde entier continuent à se pencher sur leurs systèmes de rentes et à les renforcer afin qu’ils puissent également fournir un soutien adéquat aux générations futures.»

Evolutions et tendances
«En considérant les sept dernières années qui ont donné lieu à la publication de notre Global Pension Index, nous observons à quel point les modifications apportés à des critères fondamentaux comme le relèvement de l’âge de la retraite, l’amélioration du taux d’activité des seniors et le financement de contributions supplémentaires sous forme de rentes sont importants au niveau mondial», relève David Knox.

Dans les onze pays représentés dans l’indice depuis 2009, la durée de versement moyenne des rentes s’est allongée, passant de 16,6 à 18,4 ans. Cinq de ces pays – Allemagne, Australie, Japon, Royaume-Uni et Singapour – ont réagi à cette évolution en relevant l’âge de la retraite. Cependant, dans huit de ces onze pays, la durée de versement des rentes va encore augmenter au cours des 20 prochaines années. Une diminution de cette dernière ne s’esquisse qu’au Canada et aux Pays-Bas (ces deux pays prévoyant un relèvement de l’âge de la retraite à 67 ans dans les prochaines années), ainsi qu’aux Etats-Unis (où l’espérance de vie est légèrement plus faible).

Dans les 16 pays que comprend l’indice depuis 2011, le taux d’activité moyen des 55-64 ans a progressé de 57,9 à 62,2%, soit d’un peu plus d’1% par an. Toutefois, ce taux a régressé aux Etats-Unis, par exemple, alors qu’il a connu une amélioration de près de 4% au Brésil, en Inde et en Chine.

«Un des moyens les plus efficaces pour consolider la pérennité d’un système de rentes au regard de l’augmentation de l’espérance de vie consiste à prolonger la durée de la vie active», commente David Knox. «Il suffit d’observer que, dans la plupart des pays, ce taux est encore inférieur à 70% pour s’apercevoir du potentiel encore inexploité qui existe au niveau mondial concernant l’aménagement de systèmes de rentes plus durables.»

Pour évaluer la pérennité d’un système de rentes, il convient également de prendre en compte les fonds qui sont mis de côté aujourd’hui pour garantir les prestations futures et délester les générations suivantes. Sur ce point, des différences considérables apparaissent entre les pays: de 1,8% du PIB en Indonésie ou des 6% du PIB en Autriche jusqu’aux 160,6% du PIB aux Pays-Bas, voire 168,9% du PIB au Danemark.

«Les pays devraient voir dans ces nets écarts dans la fortune de rentes une exhortation à continuer à se préparer du mieux possible», explique David Knox.

Résultats classés en fonction de la valeur de l’indice global


Méthodologie de l’étude:

  • Le Melbourne Mercer Global Pension Index a été établi pour la première fois en 2009, avec un classement comptant 11 pays. L’indice englobe actuellement 25 pays.
  • Chaque pays est évalué sur une échelle de 0 à 100. L’indice global correspond à la moyenne pondérée des trois sous-indices que sont les prestations, le financement et les conditions-cadres.
    • Le sous-indice «Prestations» étudie les prestations de prévoyance actuellement allouées ainsi que d’autres caractéristiques importantes telles que le niveau de prévoyance, les incitations fiscales, l’aménagement des modèles de prévoyance vieillesse ou le taux d’épargne. C’est l’indice le plus important, avec une pondération de 40%.
    • Le sous-indice «Financement» s’appuie sur plusieurs indicateurs pour déterminer si le système actuel pourra être maintenu à l’avenir. De nombreux facteurs entrent en ligne de compte dans ce sous-indice: la réassurance, le financement, la démographie, l’endettement de l’Etat et les modèles de temps de travail proposés aux salariés les plus âgés, par exemple. Il bénéficie d’une pondération de 35%.
    • Le sous-indice «Conditions-cadres» se concentre sur le domaine de la prévoyance privée et établit à l’aide de divers indicateurs la «crédibilité» et la pérennité du système de prévoyance. La surveillance étatique, la gouvernance, la gestion des risques et la communication jouent ici un rôle décisif dans l’évaluation. La pondération pour ce troisième sous-indice est de 25%.

L’évaluation des différents pays prend en compte plus de 40 indicateurs représentatifs des caractéristiques recherchées dans chacun des systèmes de prévoyance vieillesse.

Vous avez des questions à ce sujet? N’hésitez pas à nous contacter.