Mercer | Hongkong est la ville la plus chère

Cost of Living

Hongkong est la ville la plus chère

CLIQUEZ ICI POUR VOIR LA VERSION ALLEMANDE.

06.07.2016
Auteur: Steffen Zwink

Hongkong arrive désormais en tête des villes les plus chères de la planète pour les expatriés et supplante ainsi Luanda, la capitale angolaise, qui prend la deuxième place du palmarès. Zurich et Singapour conservent les troisième et quatrième positions. C’est ce qu’il ressort de l’enquête mondiale réalisée chaque année par le cabinet Mercer, consacrée à l’évaluation du coût de la vie pour les employés expatriés dans 209 grandes villes.   

«Si nous tenons compte des fluctuations considérables sur les marchés et de la croissance économique en berne dans de nombreuses régions, l’optimisation des coûts est un thème d’actualité, et les packages de rémunération des salariés expatriés jouent un rôle essentiel dans ce contexte», commente Ilya Bonic, Président Talent chez Mercer. Le coût des expatriations est notamment influencé par les courbes des taux de change, l’inflation des biens et services, et les fortes variations du prix du logement. Ces facteurs déterminent la cherté des expatriations, précise Bonic. En raison des faibles taux d’inflation, les coûts ont enregistré une hausse relativement permanente dans le monde entier.

«Les entreprises aspirent toujours à se développer rapidement et à faire des économies d’échelle globales. Pour cela, elles ont besoin de données précises et transparentes, de façon à pouvoir garantir une rémunération équitable pour différents types d’expatriation, y compris pour les contrats «local plus» ou à court terme», précise Bonic. 

Cependant, indépendamment de la situation actuelle sur les marchés mondiaux, les entreprises poursuivent toujours des stratégies d’expansion internationale pour garantir leur croissance et leur compétitivité. «Malgré les progrès de la technologie, et en dépit du fait que les personnels soient toujours plus en réseau mondialement, les expatriations tendent à devenir un facteur essentiel dans la stratégie d’une entreprise internationale compétitive», confirme Bonic.

Avec Zurich (3) et Genève (8), deux villes suisses figurent dans le top ten des métropoles les plus chères au monde. Berne, pour sa part, a chuté de la neuvième place à la treizième place entre 2015 et 2016. Tokyo (5) et la capitale de la République démocratique du Congo Kinshasa (6) sont devenues sensiblement plus onéreuses. Shanghai (7), N’Djaména (9) et Pékin (10) complètent ce top ten. Windhoek, la capitale de la Namibie, est la ville avec le coût de la vie le moins élevé dans le classement.

«La dépréciation du franc suisse par rapport au dollar américain se reflète aussi dans les résultats. Si l’on fait exception de Zurich, qui occupe la troisième place comme l’an passé, le coût de la vie a baissé à Genève et à Berne», souligne Narcisa Chelaru, experte pour les expatriations chez Mercer. Un coup d’œil sur le voisin allemand montre que les métropoles de ce pays sont remontées, d’une manière générale, dans le classement. Par exemple, Munich arrive au rang 77, suivi par Francfort (88), Berlin (100), Düsseldorf (107), Hambourg (113), Stuttgart (129), Nuremberg (160) et, enfin, la ville allemande la moins chère, Leipzig (165).

D’autres villes d’Europe ont pu conserver leur place en raison de la stabilité de l’euro vis-à-vis du dollar américain. En revanche, Oslo (59) et Moscou (67) sont passées aux 21ème et 17ème places respectivement, ce qui s’explique par la baisse du cours des monnaies locales par rapport au dollar américain Les villes britannique Londres (17) et Birmingham (96) ont reculé de cinq et seize places, respectivement, dans le classement.

«Même si quelques hausses notables des prix ont été enregistrées dans la région, plusieurs monnaies européennes ont subi une dépréciation vis-à-vis du dollar américain, ce qui se traduit par la régression d’un certain nombre de villes dans le classement», commente Chelaru. «A cela s’ajoutent d’autres facteurs, comme les récents problèmes de sécurité, l’agitation sociale, ou encore l’inquiétude que suscitent les perspectives économiques régionales.»

Bonic résume: «Avec des ressources réduites et une pénurie mondiale de talents, il est nécessaire de maximiser les rendements des investissements, ce qui complique toujours davantage les initiatives de croissance pour les groupes internationaux. Pour inciter les salariés à accepter les déménagements requis pour l’amélioration de ses résultats, l’entreprise doit proposer des packages de rémunération équitables et compétitifs.»

En 2016, l’enquête annuelle du cabinet Mercer a comparé les prix pour plus de 200 produits et services, comme par exemple le coût du logement, les transports en commun, les produits alimentaires, les vêtements, les articles ménager et les loisirs, dans 209 grandes villes sur les cinq continents. Pour les entreprises multinationales et les gouvernements du monde entier, les résultats de l’enquête fournissent une base solide pour déterminer les compléments de salaire destinés à compenser le coût de la vie pour les employés expatriés. 

Les dix villes les plus chères de la planète
 

 

Les dix villes les plus chères d’Europe
 


Un lien vers le classement général est à votre disposition sur notre site.

Note à l’attention des journalistes


Le classement intégral sur le coût de la vie est fourni à titre d’information et pour permettre des recherches. Il ne peut en aucun cas être publié dans son intégralité. Les dix premières et les dix dernières villes du classement peuvent être communiquées sous forme de tableau.

Les chiffres comparatifs du coût de la vie et des loyers sont tirés d’une enquête réalisée en mars 2016 par le cabinet Mercer, et s’appuient sur les taux de change de mars 2016 (source: OANDA). New York est la ville de référence. Les fluctuations monétaires sont mesurées par rapport au dollar américain.

Les classements publiés dans le présent communiqué de presse reposent sur des informations issues de la base de données «Cost of Living» de Mercer. Contrairement aux indices du coût de la vie que nous mettons à la disposition de nos clients pour le calcul de leurs indemnités d’expatriation, elles intègrent également le coût du logement. Par conséquent, des écarts significatifs sont possibles.

Toutes les données et informations figurant dans les rapports sur le coût de la vie sont communiquées à titre d’information uniquement. Elles ont été préparées pour les entreprises multinationales et les organismes gouvernementaux qui détachent des collaborateurs à l’étranger.  Elles n’ont pas vocation à être utilisées pour des investissements à l’étranger, ni à des fins touristiques. Le choix des villes retenues pour ce classement reflète la demande de nos clients. Mercer ne pourrait être tenu responsable de décisions prises ou de mesures initiées sur la base de résultats, d’informations et/ou de données figurant dans ces rapports.


Vous avez des questions sur le classement « Cost of Living » ou au sujet du détachement à l’étranger ? N’hésitez pas à venir vers nous.