Les investissements sur les marchés privés sont très demandés par les clients privés, selon une enquête


 

Zurich, 25 octobre 2022

 

  • Les particuliers fortunés cherchent à investir sur les marchés privés, mais des obstacles subsistent
  • Les gestionnaires de patrimoine reconnaissent l'importance des marchés privés
  • Les solutions numériques pourraient être la clé d'un accès plus facile

Les particuliers fortunés en Suisse considèrent les placements sur les marchés privés comme un élément important de leur stratégie d'investissement. Si environ 30% d'entre eux sont déjà investis, 40% de ceux qui ne le sont pas encore seraient intéressés si les placements sur les marchés privés étaient plus facilement accessibles. Actuellement, le private equity est la classe d'actifs la plus recherchée, puisqu'il est présent dans 84% des portefeuilles. Les infrastructures et la dette privée sont à peine représentées, tandis que l'immobilier figure dans les portefeuilles de 33% des personnes interrogées ayant déjà investi sur les marchés privés. Ce sont là quelques-unes des conclusions d'un nouveau rapport publié par Mercer et Titanbay, qui a interrogé plus de 100 personnes fortunées en Suisse, dont les actifs liquides se situent entre 500 000 et 5 millions de francs suisses. 

 

Bien que les marchés privés suscitent un grand intérêt, un certain nombre d'obstacles (perçus) empêchent les particuliers fortunés de réaliser de tels investissements. Un manque de connaissances (47%) et un risque attendu plus élevé par rapport à d'autres types d'investissement (43%) sont les deux principales raisons citées pour ne pas investir actuellement. Le coût plus élevé (17%), la difficulté de trouver des offres adaptées (17%), les longues périodes de blocage (12%) et les montants d'investissement minimums trop élevés (11%) sont d'autres obstacles mentionnés.

 

Appel à l'action envers les gestionnaires de fortune et les banques privées

"Notre enquête montre que les gestionnaires de fortune et les banques privées ont du pain sur la planche", commente Wolfgang Batt, Principal chez Mercer Suisse. "L'intérêt pour les investissements sur les marchés privés est là, mais il y a aussi des obstacles et des défis. Certains d'entre eux sont simplement un manque de connaissance de cette classe d’actifs, qui peut et doit être abordé de manière proactive par les fournisseurs. D'autres, comme le coût et les montants d'investissement minimums, peuvent être un peu plus difficiles à résoudre. Mais il existe déjà des offres sur le marché, par exemple certaines qui s'appuient sur des plateformes fintech, qui pourraient également y remédier."

 

L'intérêt pour le private equity reste élevé, 87% des personnes ayant un fort intérêt pour les investissements sur le marché privé le choisissent comme classe d'actifs souhaitée. 50% d'entre eux souhaiteraient investir dans un fonds de fonds diversifié, tandis que 27% préféreraient que les marchés privés fassent partie de leur mandat actuel de gestion de patrimoine. Lorsqu'on leur demande comment ils souhaitent accéder à ces investissements, 47% préfèrent une offre hybride composée d'une plateforme numérique associée à un conseil personnalisé. 27% préfèrent un conseil purement personnel, tandis que 20% veulent passer au tout numérique. En ce qui concerne les raisons des investissements sur le marché privé, 70% des personnes interrogées recherchent une plus grande diversification, 53% un meilleur rendement et 7% veulent obtenir plus d'impact, par exemple dans les dimensions sociales et environnementales, avec leur investissement.

 

Les investissements plus modestes et à plus court terme sont les plus demandés

La plupart des personnes interrogées (70%) souhaitent investir jusqu'à 100 000 CHF sur les marchés privés. 6% prévoient d'allouer entre 300.000 et plus de 500.000 CHF. Plus de la moitié (53%) des particuliers fortunés en Suisse s'attendent à ce que la majorité de leur capital soit remboursée dans les 5 à 7 prochaines années, tandis qu'un tiers serait heureux de bloquer leurs investissements pendant 8 à 10 ans.

 

"La flexibilité et l'écoute des clients seront essentielles pour fournir des solutions de marché privé qui fonctionnent pour les particuliers fortunés. Ces derniers veulent avoir accès à des solutions de niveau institutionnel, largement diversifiées, avec d'excellents gestionnaires et des rendements élevés, mais sans les inconvénients potentiels que représentent les gros montants et les processus de souscription complexes", commente Tobias Wolf, Head Investments chez Mercer Suisse. "Les nouvelles solutions et plateformes numériques seront essentielles pour permettre aux particuliers d'accéder aux marchés privés, car les approches plus traditionnelles ne leur conviennent pas vraiment."

 

Une enquête mondiale montre que les gestionnaires de patrimoine s'approprient les nouvelles tendances

Selon une récente enquête mondiale menée auprès de 125 gestionnaires de patrimoine dans 26 pays, 73% d'entre eux ont investi ou envisagent d'investir dans des actifs illiquides au cours des 12 prochains mois. Une majorité écrasante (86%) déclare que la principale raison d'investir dans les marchés privés et d'autres classes d'actifs illiquides est la recherche de meilleurs rendements ou d'une amélioration du rendement des investissements - en partie grâce à des options d'entrée attrayantes dans les prochaines années. Toutefois, 71% des gestionnaires de patrimoine s'inquiètent des périodes de blocage, tandis que 59% déclarent ne pas disposer des ressources nécessaires pour effectuer les vérifications préalables requises avant d'investir. Seulement 21 % des personnes interrogées ont déclaré que leurs clients pensaient que les frais étaient trop élevés pour ces types de fonds et de stratégies d'investissement. "L'amélioration de l'expérience client" était la priorité commerciale numéro 1 (76%) pour les WM interrogés.

 

"Les résultats de notre enquête mondiale auprès des gestionnaires de patrimoine confirment que la tendance à privilégier les actifs illiquides comme moteur de diversification et de rendement est apparue tant au niveau des gestionnaires de patrimoine que de leurs clients. Il est intéressant de noter que certains des défis à relever semblent être les mêmes pour tous", commente M. Wolf. "Les périodes de blocage, le manque de ressources et d'autres obstacles actuels montrent la nécessité de solutions qui simplifient l'accès aux marchés privés, tant pour les clients individuels que pour les gestionnaires de patrimoine. Cependant, les clients comptent également sur les gestionnaires de patrimoine pour les guider et les éduquer, et les gestionnaires de patrimoine reconnaissent manifestement l'importance de l'expérience client, il serait donc logique qu'ils travaillent de manière proactive pour briser le statu quo et fournir à leurs clients des opportunités d'investissement appropriées."


À propos de Mercer

Mercer croit en des avenirs meilleurs construits sur un monde du travail redéfini en s’appuyant sur la santé, le bien-être, les talents, la retraite et l’investissement. Mercer compte plus de 25 000 collaborateurs implantés dans 43 pays permettant d’exercer dans plus de 130 pays. Mercer est une entreprise de Marsh McLennan (NYSE : MMC), leader mondial du conseil et de solutions en matière de gestion des risques, de stratégie d’entreprise et de gestion des ressources humaines. Le groupe s’appuie sur 86 000 collaborateurs et présente un chiffre d’affaires de 20 milliards $. Grâce à ses trois autres entités, Marsh, Guy Carpenter et Oliver Wyman, Marsh McLennan aide ses clients à évoluer dans un environnement de plus en plus dynamique et complexe.

Contact: