L'écart homme/femme dans les régimes de retraite : le nouvel indice mondial des pensions met en évidence les défis à relever

19. Oktober 2021

Switzerland, Zürich

 

  • Les raisons de l'écart entre les hommes et les femmes varient dans le monde entier.
  • L'Islande est le nouveau numéro un de l'indice mondial des pensions du Mercer CFA Institute
  • La Suisse est classée onzième ; avec un potentiel d'amélioration notamment dans les domaines de l'adéquation et de la durabilité

Le système de retraite islandais a été classé comme le meilleur au monde dans le nouvel indice mondial des pensions Mercer CFA Institute (MCGPI). Après plus de dix ans de compétition pour le premier rang, les Pays-Bas et le Danemark se sont classés respectivement en deuxième et troisième position cette année. La Suisse est relativement mal classée, à la onzième place, mais se situe tout de même dans le premier tiers des 43 systèmes examinés. Bien que le système de retraite suisse soit classé au-dessus de la moyenne dans les trois sous-catégories, des améliorations sont possibles, en particulier dans les domaines de l'adéquation et de la durabilité. L'intégrité, en revanche, est bien notée.

 

Le MCGPI est une étude exhaustive des systèmes de retraite dans le monde et, dans sa 13e année, il couvre les deux tiers (65 %) de la population mondiale. L'indice sert de comparaison entre les systèmes et identifie les besoins et les possibilités d'amélioration pour chaque pays étudié, qui permettraient d'augmenter durablement les prestations de retraite. Les trois meilleurs régimes - tous notés "A" - sont viables, bien gérés et offrent de solides avantages aux retraités. Cette année, le MCGPI met également l'accent sur l'écart de pension entre les hommes et les femmes, qui constitue un défi dans tous les régimes étudiés.

 

L'Islande a le score global le plus élevé (84,2), suivie des Pays-Bas (83,5). La Thaïlande ne marque que 40,6 points et se classe dernière. En comparaison, la Suisse obtient 70 points et se situe au-dessus de la moyenne générale de 61 points. L'indice utilise une moyenne pondérée des sous-catégories adéquation, durabilité et intégrité pour le score global. Dans les sous-catégories, les systèmes les mieux notés sont ceux de l'Islande (82,7 dans la catégorie de la durabilité et 84,6 dans celle de l'intégrité) et de la Finlande (93,1 dans celle de l'intégrité). Les systèmes les moins bien notés sont ceux de l'Inde (33,5 dans la catégorie adéquation), de l'Italie (21,3 dans la catégorie durabilité) et des Philippines (35 dans la catégorie intégrité). La Suisse est classée au-dessus de la moyenne dans tous les domaines : 65,4 pour l'adéquation (moyenne : 62,2), 67,2 pour la durabilité (moyenne : 51,7) et 81,3 pour l'intégrité (moyenne : 72,1). Toutefois, ce n'est que dans le domaine de l'intégrité que l'on peut parler d'un classement vraiment bon. Le domaine d'adéquation s'est légèrement amélioré par rapport à l'année précédente en raison de taux de remplacement nets légèrement plus élevés.

 

"La pandémie mondiale a accru les inégalités socio-économiques dans de nombreuses régions du monde. En même temps, nous évoluons dans une situation de marché difficile avec des taux d'intérêt historiquement bas et, dans certains cas, des rendements négatifs, ce qui rend extrêmement difficile un pilier central de la prévoyance - l'investissement des cotisations et des revenus qui en découlent", commente Ivan Guidotti, président du comité de la CFA Society Switzerland. "Les femmes sont également confrontées à l'écart entre les pensions des hommes et celles des femmes, qui, dans certains cas, conduit à des prestations beaucoup plus faibles pour la moitié de la population mondiale. Les décideurs politiques et les acteurs du secteur des pensions doivent agir ensemble et de manière décisive pour relever ces défis et offrir des moyens de subsistance meilleurs et plus sûrs aux futurs retraités. Et ils doivent créer des cadres et des opportunités appropriés pour que les individus s'informent et s'engagent dans leur propre prestation."

 

L'écart homme/femme existe dans le monde entier

 

Des écarts significatifs entre les sexes en matière de prestations de retraite sont évidents dans toutes les régions du monde. En Suisse, selon l'OCDE, cet écart est de plus de 30 % en défaveur des femmes, encore plus que la moyenne de l'OCDE qui est de 26 %.

 

Il n'y a pas de raison unique à cet écart, mais plutôt un certain nombre de facteurs qui ont une influence. Certaines d'entre elles sont bien connues, comme la biographie de l'emploi : il y a davantage de travailleuses à temps partiel, les femmes assument plus souvent la responsabilité d'élever les enfants et de s'occuper des proches, et le salaire moyen des femmes est plus faible. Mais l'étude montre également que le problème est souvent exacerbé par les systèmes de pension eux-mêmes. Il s'agit notamment de l'acquisition non obligatoire de droits à pension pendant le congé parental, de l'absence de crédits de pension pendant la prise en charge d'enfants ou de parents dans la plupart des régimes, et de l'absence d'indexation des pensions pendant la retraite, qui a un impact plus important sur les femmes en raison de leur espérance de vie plus élevée.

 

"Nous savons qu'il est difficile de résoudre le problème de l'écart entre les hommes et les femmes, car les prestations de retraite sont directement liées aux antécédents professionnels et aux cotisations versées", explique Tobias Wolf, Head Advisory chez Mercer Suisse. "Toutefois, il existe des moyens, tant de la part des décideurs politiques que des fonds de pension, d’améliorer au moins quelque peu la situation. Il s'agit notamment de la suppression des restrictions à l'affiliation aux fonds de pension en raison de faibles revenus ou de courtes périodes d'emploi, ainsi que de la réduction de la déduction de coordination pour les travailleurs à temps partiel."

 

Les fonds de pension ratent l'occasion d'obtenir de meilleurs résultats d'investissement

 

M. Wolf voit également des possibilités dans le secteur des investissements : "Plus d'un tiers des prestations de retraite du deuxième pilier sont financées par le rendement des investissements. Dans ce domaine, et notamment en Suisse, les caisses de pension disposent encore d'un grand potentiel pour optimiser leurs placements et générer ainsi des rendements plus élevés. Celles-ci peuvent être transmises directement par le biais de la rémunération des avoirs de vieillesse et profiter ainsi non seulement aux femmes par le biais de prestations plus élevées, mais aussi à toutes les personnes assurées. Un seul pour cent d'intérêt annuel en plus sur un revenu moyen pendant toute la durée de la vie active peut conduire à des prestations supérieures de 20 pour cent au moment de la retraite."

 

Selon l'expert, il est particulièrement important de disposer d'une allocation d'investissement stratégique qui prenne en compte les classes d'actifs appropriées d'un univers mondial, notamment sur les marchés privés lucratifs, et qui s'appuie sur les gestionnaires appropriés. En outre, la mise en œuvre et la gouvernance de la stratégie d'investissement doivent être professionnelles. "Les fonds de petite et moyenne taille, en particulier, ne disposent souvent pas des ressources nécessaires pour mettre en œuvre de manière cohérente le processus d'investissement au plus haut niveau. Il ne s'agit pas seulement de la répartition des investissements et de la sélection des gestionnaires", explique M. Wolf. "Souvent, le suivi permanent du portefeuille et des gestionnaires sélectionnés, ainsi que la surveillance des marchés et l'exploitation des opportunités d'investissement qui se présentent, représentent des défis importants. En outre, même les fonds les plus importants n'ont souvent pas la transparence et l'accès aux meilleurs gestionnaires. Enfin, il y a un manque de pouvoir de négociation en ce qui concerne les frais. Par conséquent, nous constatons une forte demande pour la délégation des processus d'investissement à un partenaire indépendant qui peut aider les fonds à mettre en œuvre des investissements de manière professionnelle et efficace".

Mercer CFA Institute Global Pension Index 2021

 

À propos de l'indice mondial des pensions du Mercer CFA Institute

 

L'indice global des pensions compare les systèmes de revenus de retraite dans le monde, en soulignant les lacunes de chaque système et en suggérant des domaines potentiels de réforme qui pourraient conduire à des prestations de retraite plus adéquates et durables.

 

Le Global Pension Index est un projet de recherche collaboratif parrainé par le CFA Institute en partenariat avec le Monash Centre for Financial Studies (MCFS) et la société de conseil internationale Mercer.

 

Cette année, le Global Pension Index compare 43 régimes de revenu de retraite dans le monde, couvrant les deux tiers (65 %) de la population mondiale. L'indice 2021 comprend quatre nouveaux régimes - Islande, Taiwan, Uruguay et EAU.

 

L'indice global des pensions utilise la moyenne pondérée des sous-catégories suivantes : adéquation ("Quelles prestations peut-on attendre ?"), viabilité ("Le système peut-il être financé à long terme ?") et intégrité ("Le système est-il digne de confiance ?") pour évaluer chaque système de pension sur plus de 50 indicateurs.

 

Pour plus d'informations sur le Mercer CFA Institute Global Pension Index, cliquez ici.

 

À propos de Mercer

Mercer croit en des avenirs meilleurs construits sur un monde du travail redéfini en s’appuyant sur la santé, le bien-être, les talents, la retraite et l’investissement. Mercer compte plus de 25 000 collaborateurs implantés dans 43 pays permettant d’exercer dans plus de 130 pays. Mercer est une entreprise de Marsh McLennan (NYSE : MMC), leader mondial du conseil et de solutions en matière de gestion des risques, de stratégie d’entreprise et de gestion des ressources humaines. Le groupe s’appuie sur 78 000 collaborateurs et présente un chiffre d’affaires de 18 milliards $. Grâce à ses trois autres entités, Marsh, Guy Carpenter et Oliver Wyman, Marsh McLennan aide ses clients à évoluer dans un environnement de plus en plus dynamique et complexe.

 

À propos du CFA Institute  

Le CFA Institute est l'association mondiale des professionnels de l'investissement qui établit les standards en matière d'excellence et de qualifications professionnelles. Il est un champion du comportement éthique sur les marchés d'investissement et une source de connaissances respectée dans la communauté financière mondiale. Son objectif principal : créer un environnement où la priorité est donnée aux intérêts des investisseurs, qui permet aux marchés financiers de fonctionner harmonieusement et à l’économie de croître. Il y a plus de 175 000 CFA charterholders dans le monde, répartis sur 164 marchés. Le CFA Institute a neuf bureaux dans le monde et compte 160 sociétés locales membres. Pour plus d'informations, visitez www.cfainstitute.org ou suivez nous sur Twitter @CFAInstitute et sur Linkedin

 

À propos the Monash Centre for Financial Studies (MCFS)

Le MCFS est un centre de recherche basé à la Monash Business School de l'université de Monash, en Australie. Il vise à apporter une rigueur académique dans la recherche de questions d'intérêt pratique pour le secteur financier. En outre, grâce à ses programmes d'engagement, il facilite l'échange de connaissances dans les deux sens entre les universitaires et les praticiens. Le programme de recherche en développement du Centre est vaste, mais il se concentre actuellement sur des questions pertinentes pour le secteur de la gestion d'actifs, notamment l'épargne-retraite, la finance durable et les ruptures technologiques.

CONTACT INFORMATION